Briser le tabou des règles - La Minette lingerie

L'Actualités

Briser le tabou des règles

La parole se libère (enfin…) autour des règles. Depuis quelques années de nombreux comptes instagram, youtube, organisme, fleurissent afin de briser le tabou qui règne autour des menstruations. Rien que le fait de les nommer par leur vrai nom : LES RÈGLES, c’est un bon début. Et oui ce n’est pas les ragnagna, les anglais qui débarquent…. Appelons un chat, un chat enfin les règles, les règles.

Mais concrètement qu’est ce qui est mis en place pour que la parole se libère ? 

L’art :

  • L’art sert souvent d’acte d’engagement et une fois n’est pas coutume, certains artistes n’hésitent pas à “choquer” pour délier les langues et briser les tabous. Le groupe australien Wham Bam Thank You Ma’am a sorti en 2016 le tire “I Got That Flow” afin de briser le tabous sur les règles. Tout ce qu’on peut dire c’est qu’elles n’y vont pas de main morte : des hommes déguisés en tampons, du sang qui coule, des serviettes hygiéniques. 

YouTube

  • Bien plus que les clips, YouTube regorgent de contenu pour briser le tabou. Des vidéos, des chaînes y sont consacrées. La youtubeuse Marissa Rachel en a fait son sujet principal. Sa vidéo de rentrée sur les règles a fait près 41 K vues. Comme quoi le sujet intéresse …

Les marques

  • Les marques s’engagent également de plus en plus pour diffuser davantage l’information. C’est le cas de la marque de sous-vêtements périodiques Thinx. En collaboration avec l’agence de publicité BBDO, la marque a réalisé une publicité pour le moins interpellante : et si les hommes avaient leurs règles … La publicité permet de montrer que si les hommes avaient également leurs règles le tabou n’aurait pas persisté ni même existé. Si tout le monde avait ses règles, cela semblerait normal. Alors pourquoi ça ne l’est pas encore quand on sait que 49,6% de la population sont des femmes ? 

En France également, les marques tendent à libérer les paroles. Qui a déjà eu du sang bleu pendant ses règles ? En tout cas pas moi ! Depuis 2019, la marque Nana a (enfin) montré la réalité des règles (une partie, chaque chose en son temps…). On comprend vite qu’il y a encore du travail quand on apprend que le CSA a été saisi plus de 1000 fois suite à la diffusion de ce spot publicitaire. 

  • Petit à petit, en brisant le tabou, on saisit l’importance de diffuser l’information et de donner l’accès aux protections hygiéniques à toutes les personnes menstruées. Rien qu’en France, 1,6 millions de personnes sont concernées par la précarité menstruelle. Pas si étonnant lorsque l’on voit que jusqu’en 2016, les protections hygiéniques étaient taxées à 20% (comme si avoir ses règles était un luxe). Cela concerne tout un tas de personnes : les travailleurs pauvres, les étudiants, les sans-abris. On estime le coût à 26€ par mois, pour certaines personnes cela peut représenter jusqu’à 5% du budget restant. De nombreuses associations se créent afin de distribuer gratuitement des protections hygiéniques comme MAY,  Règles élémentaires, Primrose…

La journée internationale de l’hygiène menstruelle

  • Depuis 2014 a lieu la journée internationale de l’hygiène menstruelle. Cette journée a pour but de briser les tabous autour des règles mais également de favoriser l’accès aux protection hygiéniques à toutes les personnes menstruées. En parlant davantage de ce sujet, l’information est plus diffusée, les jeunes personnes menstruées sont moins gênées d’en parler et cela permet notamment d’éviter quelques traumatismes lors des premières règles ou encore des retard de diagnostic de certaines maladies comme l’endométriose. 

Même si la parole se libère, il reste du chemin à faire pour diffuser davantage l’information sur les règles et surtout briser le tabou. 

0
Panier
Panier videBoutique
Calculate Shipping